|||

Ελλάδα 2022 — Jour 10

18 juillet 2022

Enfin ! Enfin une nuit normale, complète et reposante. J’avais presque oublié à quoi ça ressemblait. Je me sens encore un peu K.O. mais c’est remotivant !

D’ailleurs je ne suis pas le seul, la maisonnée a décidé de se la jouer cool, et la matinée est déjà bien entamée lorsqu’on se met au p’tit-dèj. Petit déjeuner quasiment grec, puisqu’en plus du café1 on s’est dégusté un superbe yaourt grec.

Alors, pour vous dire à quoi ça pouvait ressembler2, oubliez tous vos yaourt à la grecque et autres Yaos machins qu’on trouve dans nos supermarchés. Trouver un véritable yaourt grec en France est très difficile.

Celui dégusté ce matin est vendu en bol plat en terre cuite. Il est jaune pale3, recouvert d’une pellicule de crème durcie. Et sa consistance est épaisse, proche de la crème fraiche. Quant à sa saveur… Hmmm !

Bref, balancez une cuillère de miel (grec) et savourez. C’est une dinguerie. Bref…

Sur ce, on décolle avec un espoir secret : trouver une plage abritée du vent. En effet, depuis quelques jours, le vent forcit, frappant l’île depuis le nord. Du coup, on décide d’aller voir à quoi ressemble la plage de Flampouria, située à l’ouest au milieu de l’île, et qui est le prétexte à un jeu de mot passablement usité4, à savoir qu’on allait visiter Flan-Pourri. Aha, aha…



La zone est étonnante. Il n’y a presque rien, en tout cas au niveau du littoral. On a passé une première plage presque vide en termes de construction, et carrément déserte de gens.

La plage de FlampouriaLa plage de Flampouria

Une seconde petite plage est accessible juste après. Encore plus déserte ; une seule maison à terrasse5, une toute petite chapelle en surplomb et, rien.

On s’est baigné, dans cette eau toujours aussi belle et délicieuse, et pour le moment sans vent. Puis, parce qu’après avoir somnolé, discuté, bouquiné6, on a commencé à trouver le coin un peu ennuyeux, on est encore descendu, visant la plage la plus tropicale7 de l’île ; Agios Dimitrios.



Un peu plus sympa, peuplée et équipée de lieux de sustentation, Agios Dimitrios8 reste un endroit tranquille, avec peu de monde et beaucoup de plage.

On y est resté le temps qu’il faut en y incluant le déjeûner à l’un des deux restaus du coin. Franchement, c’était pas terrible. Le service avait du mal à suivre, il a dû se passer plus de 30 minutes entre l’arrivée du premier et du dernier plat. Et c’était assez quelconque par rapport au prix demandé9.

Bref, on a mangé, on a nagé, on a siesté, on commence à être rodé. Professionnellement, on n’est pas loin de la certification estivant pro.

L’heure de passer à autre chose approchant, on s’est dit qu’au lieu de rentrer directement à la maison, on pouvait tout aussi bien faire un crochet à Merikas, le port de l’île. Parce qu’après tout, pour ce qu’on en a vu en arrivant…

Vue de la jetée du port depuis la petite plage en faceVue de la jetée du port depuis la petite plage en face

Passer d’Agios Dimitrios à Merikas c’est vraiment le jour et la nuit, Charybde et Scylla, Dupont et Dupond… heu…

Merikas10 c’est le port. À part Choras et sa vie nocturne, c’est la seule ville11 qui est aussi vivante et foisonnante (à l’échelle de l’île).

On s’est baladé le long du littoral, zieutant les boutiques et autres lieux de consommation en tout genre, et regardant le ballet des bateaux12. On a fait les courses pour le soir, puis on s’est posé à une terrasse en face du port, les pieds dans le sable.

Une plage, une niche à canards…Une plage, une niche à canards…

En terrasse ou à la plage ?En terrasse ou à la plage ?

Durant notre séjour désaltératif, on a continué à se faire bercer par les rondes de ferries. C’est toujours impressionnant de voir ces immeubles flottants aborder le port en drift pour se garer par l’arrière, entendre ces bruits industriels de moteurs, chaines, sirènes et grincements métalliques, voir ce trafic digne d’une heure de fin de boulot sur un périph’ et, 10 à 15 minutes plus tard, entendre la corne au ton grave tandis que le bateau repart déjà.

Finalement, nos boissons éclusées, on est remonté dans la Suzukette et on est rentré se faire un dakos maison pour clore cette journée au contenu banal, mais que j’ai savouré parce que j’avais définitivement laissé derrière moi ces nuits d’enfer injustifiées.

On s’fait un(,) Fix ?On s’fait un(,) Fix ?




  1. On se fait du café filtre, c’est-à-dire au percolateur classique, mais le café utilisé est très fin, utilisé surtout pour faire le fameux helleniko dont j’ai déjà parlé.↩︎

  2. Parce que, n’étant pas un influenceur Insta ou autre, je n’ai ni le réflexe ni l’indécence de photographier tout et n’importe quoi. Désolé.↩︎

  3. Non, non, il est frais.↩︎

  4. En tout cas dans la voiture.↩︎

  5. Qu’on a prit de loin pour une taverna mais qui est une maison privée. Tristitude que la nôtre.↩︎

  6. Et prit des notes pour rédiger tout ça 15 jours après notre retour…↩︎

  7. Géographiquement parlant, hein. Le sud, quoi.↩︎

  8. Saint Dimitri.↩︎

  9. Bon, qui reste, à l’aune des prix français, très abordable, mais quand même…↩︎

  10. J’ai essayé de placer un jeu de mots autour de Mon oncle de Merikas mais j’ai jamais trouvé le créneau…↩︎

  11. Pour le coup, je considère encore Choras comme un village, Mérikas étant pour moi la seule véritable ville de l’île.↩︎

  12. Y’a un de ces trafics pour une si petite île, mais ça s’explique que c’est l’une des plus proches d’Athènes (seulement 3h par bateau), donc très prisée pour les sorties de weekend des athéniens.↩︎

Dans les épisodes précédents… Ελλάδα 2022 — Jour 9 Ελλάδα 2022 — Jour 11
Dernières entrées L’axiome de la visibilité absolue J’ai cassé mon vélo Le séjour en Grèce 2022 — la totale Des insultes classes J’ai refait du vélo ! L’histoire triste d’un bête clavier Ελλάδα 2022 — Jour 14 Ελλάδα 2022 — Jour 13 Ελλάδα 2022 — Jour 12 Ελλάδα 2022 — Jour 11 Ελλάδα 2022 — Jour 10 Ελλάδα 2022 — Jour 9 Ελλάδα 2022 — Jour 8 Interlude Ελλάδα 2022 — Jour 7 Ελλάδα 2022 — Jour 6 Ελλάδα 2022 — Jour 5 Ελλάδα 2022 — Jour 4 Ελλάδα 2022 — Jour 3 Ελλάδα 2022 — Deuxième Jour Ελλάδα 2022 — Premier(s) jour(s) Ελλάδα 2022 — Le Départ Les preparatifs se preparent. Un test d’écriture depuis la tablette Un peu de vocabulaire ? Ce jeu qui me ramène chez moi… Quelques nouvelles en passant… À moi l’Oscar ! Du recul sur une superproduction Lettre ouverte à la régie de bus d’Aix-en-Provence En passant…