|||

Ελλάδα 2022 — Le Départ

Dernières heures de préparatifs passées, on boucle et cadenasse nos gros sacs à peine quelques minutes avant que notre taxi familal nous emmène pour l’aéroport.

Ivresse du voyage (allégorie)Ivresse du voyage (allégorie)

Bien entendu, on a stressé sur tout et n’importe quoi embouteillages, queue monstre à l’enregistrement, est-ce qu’on a imprimé les cartes d’enregistrement, et, en fait, est-ce qu’on les a bien reçues, au fait ?

L’aventure commence !L’aventure commence !

Contre toutes attentes, finalement tout s’est (trop) bien passé, et nous sommes arrivés en avance, l’enregistrement n’a prit que 10 minutes, et la seule chose que j’ai eu à regretter est d’avoir oublié de prende une casquette.

Au top, le départ !

Marseille-Provence International AirportMarseille-Provence International Airport

Le vol n’a rien de très notable, quelques légères turbulence, un léger sandwich pas trop mauvais mais terriblement industriel et nous voilà à enfin fouler la terre Hellène après 3 ans d’abstention covidienne.

Comme convenu, un taxi nous attendait. L’affable Panaghiotis nous a amené à notre hôtel, à quelques rues de la marina du Pirée, en nous affranchissant des dernières arrivées de migrants cet hiver, de la rude inflation qui frappe le pays, du fait que Mistotakis était un très bon premier ministre et que Valbuena et Karambeu vivaient à Athènes et bossaient comme entraineurs de clubs de foot.

Le temps de déposer nos affaires (après avoir récupéré la carte de Panaghiotis pour l’éventuelle course de retour), nous sommes parti promener le long de la marina. Il ne nous aura pas fallu longtemps avant de nous arrêter à une petite boutique pour y commander des pita giros qui au poulet, qui au porc, qu’on a accompagné d’une Fix, notre première bière grecque (mais certainement pas la dernière)

Enfin, vers une heure du matin, on s’est écroulés et malgré la clim et l’enseigne lumineuse de l’hôtel pile devant notre fenêtre, nous avons dormi comme des souches.

Les souches ont bondi, le réveil n’ayant pas sonné1.

Néanmoins, on a prit un petit déjeuner classique (continental, comme on dit) mais roboratif, qu’on a terminé pile quand notre second taxi est arrivé pour nous emmener au port.

Le Dyonisyos Solomos à quaiLe Dyonisyos Solomos à quai

Les tickets rapidement récupérés malgré la queue, nous sommes montés à bord du Dyonisyos Solomos où j’écris ces lignes pour occuper les 5 heures de traversée entre le Pirée et l’île de Sifnos.

Suite au prochain épisode, donc…



Addentum : Finalement j’écris tout ça sans les soucis de clavier, d’accents manquants, etc. Tout simplement parce que j’utilise l’appli Nebo qui possède un système de reconnaissance d’écriture carrément efficace. Écrire tout ça au stylet est très agréable et fluide. Je me dis finalement que j’ai embarqué le clavier Bluetooth pour rien.

Seul inconvénient : je dois écrire dans Nebo, puis copier coller le tout dans IA Writer.

Mais, ça marche, et c’est cool !…



  1. Il avait été réglé à l’heure française, il a donc sonné 1 heure trop tard.↩︎

Dans les épisodes précédents… Les preparatifs se preparent. Ελλάδα 2022 — Premier(s) jour(s)
Dernières entrées L’axiome de la visibilité absolue J’ai cassé mon vélo Le séjour en Grèce 2022 — la totale Des insultes classes J’ai refait du vélo ! L’histoire triste d’un bête clavier Ελλάδα 2022 — Jour 14 Ελλάδα 2022 — Jour 13 Ελλάδα 2022 — Jour 12 Ελλάδα 2022 — Jour 11 Ελλάδα 2022 — Jour 10 Ελλάδα 2022 — Jour 9 Ελλάδα 2022 — Jour 8 Interlude Ελλάδα 2022 — Jour 7 Ελλάδα 2022 — Jour 6 Ελλάδα 2022 — Jour 5 Ελλάδα 2022 — Jour 4 Ελλάδα 2022 — Jour 3 Ελλάδα 2022 — Deuxième Jour Ελλάδα 2022 — Premier(s) jour(s) Ελλάδα 2022 — Le Départ Les preparatifs se preparent. Un test d’écriture depuis la tablette Un peu de vocabulaire ? Ce jeu qui me ramène chez moi… Quelques nouvelles en passant… À moi l’Oscar ! Du recul sur une superproduction Lettre ouverte à la régie de bus d’Aix-en-Provence En passant…