|||

À moi l’Oscar !

Je n’en ai pas du tout parlé avant pour quelques raisons, mais j’ai fait l’acteur dans un court-métrage pro, cette année.

Grâce à la confiance de Julian et Louis, les deux producteurs et réalisateurs de Freins Productions, j’ai eu droit à mon petit quart d’heure de pseudocélébrité sur (presque) grand écran.

L’affiche du court-métrageL’affiche du court-métrage

Bien que toute l’équipe (Julian et Louis compris) fut constituée d’élèves de l’école (anciens ou encore en cursus), toute la production du court-métrage a été professionnelle, de A à Z.

J’ai donc été traité comme n’importe quel autre acteur ; je suis passé par une phase de casting, où j’ai lu ma partie de texte sans jeu, en compagnie de l’autre acteur1 à qui je devais donner la réplique, puis j’ai eu deux rendez-vous avec Louis et Julian pour une lecture plus en détail et plusieurs répétitions de la scène, à la fois pour les déplacements et le ton à donner aux répliques.

Enfin, le jour du tournage, je me suis retrouvé traité comme un pape ; parts de pizza et coca à gogo entre une signature de droit à l’image et test antigénique2, un petit passage au maquillage et hop, en scène !

Le tournage, en ce qui me concerne, a duré entre 4 et 5 heures, pour une apparition à l’écran de quelques minutes à peine. Mais, c’est un ratio finalement très raisonnable, malgré les apparences.

L’impressionnant lieu de tournageL’impressionnant lieu de tournage

Décrire mon rôle dans l’histoire est à la fois simple et intéressant. Et le côté intéressant a fait que je n’ai pas pu en parler avant longtemps.

Je n’ai pas le premier rôle, tant s’en faut, mais je me retrouve avec l’un des rôles les plus dialogués du scénario. En outre mon personnage fait partie de la chute de l’histoire. D’où la difficulté d’en parler sans rien spoiler…

C’est d’ailleurs pourquoi mon nom est absent de l’affiche et je ne suis pas du tout inclus dans l’abondante promotion qui a été faite autour du court.

J’en ai du coup profité pour n’en parler à personne autour de moi, jusqu’à la projection.

Celle-ci s’est déroulée le 7 mai dernier. Les incroyables de Freins Productions ont fait les choses en grand, puisqu’ils se sont carrément offert une soirée spéciale au 6mic, la nouvelle salle de spectacles et concerts d’Aix-en-Provence.

J’ai réussi à convaincre ma Douce de m’accompagner à la projection « d’un court-métrage réalisé par d’anciens élèves de l’école » sans avoir à en dévoiler plus. On a même réussi à entrainer des amis avec nous.

Ils avaient vu les choses en grand. Outre avoir réussi à ce que Fun Radio et NRJ annoncent l’événement, tout le hall d’entrée du 6mic était dédié au court-métrage, avec musique, bar3, affiche en 4 par 3 et même un stand photo avec un tissu imprimé au logo du titre.

Scène en compagnie des deux acteurs principauxScène en compagnie des deux acteurs principaux

J’ai d’ailleurs failli me griller deux fois. La première par une élève qui est venue me saluer et m’a dit :

— Alors, monsieur, prêt à se voir sur grand écran ?

Je lui ai immédiatement signifié un chut discret, mais heureusement, personne autour n’avait entendu la question4.

L’autre coup d’alerte est arrivé quand nous sommes allés regarder un mur de photos de tournage. À ma surprise, j’y apparaissais deux fois, durant le moment où on m’avait maquillé.

D’abord ma Douce et les amis m’ont très vite repéré, et ma compagne a très vite vu que je n’étais pas coiffé comme d’habitude.

J’ai vite balbutié :

— Heu… Oui ! Ben comme c’était plus ou moins un tournage de l’école, j’y étais pour surveiller, et comme ils avaient des maquilleuses, on s’est amusé à m’y faire passer…

C’était… tout juste.

Bref. La projection a été géniale ; les deux producto-réalisateurs sont montés sur scène rappeler ce qu’est Freins Productions, et ils ont parlé de la réalisation de ce projet, sorte de making-of oral.

Puis la projection proprement dite. Je m’étais moi aussi réservé la surprise. Même si je connaissais à la fois le synopsis, mais aussi la chute, je m’étais empêché de lire le scénario complet. J’ai pu ainsi me régaler quand même.

Et, quand est arrivé le moment de mon apparition… j’ai quand même jubilé, je l’avoue…

Un effet (invisible ici) qui a demandé un temps fou à créerUn effet (invisible ici) qui a demandé un temps fou à créer

L’après-projection fut également très cool.

D’abord les félicitations de ma compagne et des amis, dont la surprise de me voir a bien fonctionné.

Puis un panaché d’élèves et des membres de Frein qui sont venus me dire qu’eux aussi avaient apprécié ma performance.

Le point culminant fut la visite de Quentin Courdert, l’acteur jouant le rôle principal. C’est quelqu’un de super sympa, très agréable et plein d’humour. J’ai adoré sa conclusion5 :

— Mais, toi t’es fait pour le cinéma. Il faut que tu continues !

Même si c’était sans doute plus gentil que réaliste, m’en fout, je suis d’accord avec lui.

Alors, Freins Productions et tous les autres, choppez mes coordonnées, et envoyez-moi les scripts, je suis à fond !

Des effets spéciaux fabuleux !Des effets spéciaux fabuleux !


Addentum

Pourquoi je ne donne pas de lien pour le voir ?

Pour une raison toute bête. Après cette projection unique, le court-métrage part courir les festivals. Et la plupart de ces festivals imposent une exclusivité durant le cycle de sélections et votes.

Du coup, il va maintenant falloir attendre qu’il remporte les moult prix qu’il mérite avant de le mettre librement accessible sur Youtube et al.

Donc, patience, on va attendre courant 2023 pour en reparler ;)



  1. L’excellent Yoann Ponce-Arance.↩︎

  2. Oui, on était encore là-dedans…↩︎

  3. Payant, faut pas déconner, non plus…↩︎

  4. Entre autres parce que le hall d’entrée où nous étions boucanait de conversations qui luttaient contre la musique bien vénère.↩︎

  5. Pour ce que ça vaut, hein… C’est un acteur après tout, habitué à mentir… huhuhu !↩︎

Dans les épisodes précédents… Du recul sur une superproduction La diffusion de la 4e saison des Archives de l’Insondable a débutée le 1er avril1 et se poursuit en ce moment, à raison d’une Archive proprement Quelques nouvelles en passant…
Dernières entrées L’axiome de la visibilité absolue J’ai cassé mon vélo Le séjour en Grèce 2022 — la totale Des insultes classes J’ai refait du vélo ! L’histoire triste d’un bête clavier Ελλάδα 2022 — Jour 14 Ελλάδα 2022 — Jour 13 Ελλάδα 2022 — Jour 12 Ελλάδα 2022 — Jour 11 Ελλάδα 2022 — Jour 10 Ελλάδα 2022 — Jour 9 Ελλάδα 2022 — Jour 8 Interlude Ελλάδα 2022 — Jour 7 Ελλάδα 2022 — Jour 6 Ελλάδα 2022 — Jour 5 Ελλάδα 2022 — Jour 4 Ελλάδα 2022 — Jour 3 Ελλάδα 2022 — Deuxième Jour Ελλάδα 2022 — Premier(s) jour(s) Ελλάδα 2022 — Le Départ Les preparatifs se preparent. Un test d’écriture depuis la tablette Un peu de vocabulaire ? Ce jeu qui me ramène chez moi… Quelques nouvelles en passant… À moi l’Oscar ! Du recul sur une superproduction Lettre ouverte à la régie de bus d’Aix-en-Provence En passant…