|||

Retrogaming

Pouf, je refais une crise de retrogaming comme on dit maintenant. En quoi ça consiste ?

Ca consiste à se replonger dans les vieux jeux sur ordinateur (ou console). Personnellement, je dévore mes vieux jeux que j’ai eu sur Commodore 64. Vivent les émulateurs et vivent les sites qui hébergent gentiment les copies des jeux.

Mais ça reste un grand mystère de savoir pourquoi j’adore replonger dans ces jeux bizarres aux graphismes grossiers et à la jouabilité baroque et à géométrie variable. C’est moche, c’est dur, c’est injouable et ne parlons pas de cheat codes (même si on trouve des jeux craqués comportant des trainers).

Pourtant… pourtant lorsque maintenant je me mets devant Doom 3, je baille et je me lasse vite malgré la débauche de détails, les prouesses techniques du dernier moteur de 3D temps réel. Alors que quand je me souviens de jeux comme Mission Impossible ou la série des Magnetic Scrolls (Guild of Thieves, The Pawn…), des jeux qui ne supporteraient pas la comparaison maintenant, mais qui continuent encore à véhiculer un imaginaire bien plus puissant que n’importe quel jeu moderne (sans doute à part les jeux de la série Myst).

Ces jeux là palliaient leurs limites techniques, graphiques, sonores et ergonomiques par une imagination extraordinaire. Curieusement, c’est ce qui se trouvait au delà de l’écran qui faisait qu’un jeu était puissant, prenant, et non pas ce qu’on avait devant les yeux. Un peu comme des dessous féminins : c’est ce qu’on essaye de deviner derrière qui est excitant. Alors qu’un porno est juste grossièrement réaliste, un jeu moderne n’a aucun intérêt en soi autre que la performance technique.

En résumé, si les jeux de l’époque des 8 & 16 bits restent dans la mémoire collective des cyberludomordus, les jeux de nos jours et notamment les FPS se ressemblent tous, n’ont -à l’instar des films américains- aucun scénario intéressant à proposer.

Bon, allez, j’arrête là ma chronique de vieux ronchon et je vous laisse. Bisous.

Dans les épisodes précédents… Réflexions Une perle…
Dernières entrées L’axiome de la visibilité absolue J’ai cassé mon vélo Le séjour en Grèce 2022 — la totale Des insultes classes J’ai refait du vélo ! L’histoire triste d’un bête clavier Ελλάδα 2022 — Jour 14 Ελλάδα 2022 — Jour 13 Ελλάδα 2022 — Jour 12 Ελλάδα 2022 — Jour 11 Ελλάδα 2022 — Jour 10 Ελλάδα 2022 — Jour 9 Ελλάδα 2022 — Jour 8 Interlude Ελλάδα 2022 — Jour 7 Ελλάδα 2022 — Jour 6 Ελλάδα 2022 — Jour 5 Ελλάδα 2022 — Jour 4 Ελλάδα 2022 — Jour 3 Ελλάδα 2022 — Deuxième Jour Ελλάδα 2022 — Premier(s) jour(s) Ελλάδα 2022 — Le Départ Les preparatifs se preparent. Un test d’écriture depuis la tablette Un peu de vocabulaire ? Ce jeu qui me ramène chez moi… Quelques nouvelles en passant… À moi l’Oscar ! Du recul sur une superproduction Lettre ouverte à la régie de bus d’Aix-en-Provence En passant…