|||

Il fait chaud !

Oh fumerolles de mes mouchoirs,
toi qui comme une guitare molaire
encore de mes doigts de pied

Enlève ton châle, déesse des boues,
ta figure enlève une plume
à ces rasoirs de profil

Entourage d’épices, la lueur,
tintamarre d’artifices,
bougeoit dans les sanglots
du mur horizontal

Emulateur, soleil noir de mes envies d’infini,
plante plante plante mais je t’envie
comme l’arrosoir envie le châtaignier

Lampiste, fumeur des trains qui se garent,
profite à jamais de ne jamais,
ô à jamais, finir comme je

L’endurance exquise d’un profond lampadaire
sur la route verticale qui mène entre les jambes
n’est pas nécessairement à moitié vide.

Dans les épisodes précédents… Retrouvage de vieux trucs La Pierre
Dernières entrées Du recul sur une superproduction Lettre ouverte à la régie de bus d’Aix-en-Provence En passant… Dentisterie, suite Quelques infos, en vrac… Hier, je suis allé au dentiste… Writever — Décembre 2021 Je ne sais plus quoi écrire… Writever — Novembre 2021 Writever — Octobre 2021 Writever — Septembre 2021 Le train de nuit Le petit vélo de Vincent Corlaix Writever — Août 2021 Mes conseils en écriture Writever — Juillet 2021 Mes petits rêves de grandeur enfuis Writever — Juin 2021 Writever — Mai 2021 20 ans de Marmite & Micro-ondes Writever — Avril 2021 Jordan of Persia Cher Olivier, on se connait si bien… Les Archives reprennent du service ! Writever — Mars 2021 Une petite madeleine : le Starbird À la recherche de l’homme de Rapa Iti Les aventures incroyables d’un tweet ordinaire Writever — Février 2021 Writever — Janvier 2021 Un état des lieux de mon silence