|||

De la nouveauté en pagaille…

Enfin, paniquez pas, je parlais pour moi ;)

Voici dans l’ordre chronologique :

Un iPod

Un petit gadget (pas cher du tout maintenant, finalement) pré-payé avec la revente de ma Gamecube et ses jeux (oui, m’en suis séparé, snifff). Pratique pour aller au sport avec. Et j’adore le côté shuffle de la chose : branchez-le, il se remplit avec des trucs piochés au hasard dans la librairie d’iTunes. A chaque recharge, c’est jamais la même chose. Et pis 15 grammes pour près de 15 heures de zik, c’est superbe.

Et puis Apple faisait une petite promo; la gravure personnalisée gratuite. Alors j’en ai profité :

La devise du Capitaine Nemo de Verne était Mobile in Mobilis (Mobile dans l’élément mobile), la mienne sera Mobile in Oniris.

J’ai eu l’air con en montrant ça à ma Crou (sachant parler le grec et ayant fait un paquet d’années de latin) qui m’a fait remarquer que la phrase d’origine était en latin, mais que le mot rêve, oniros était du grec, et que ça ne s’était jamais écrit avec une terminaison en -is.

Je m’en fous, c’est joli quand même. Grompf.


Une montre

Je me suis avancé en date et en finances mon cadeau d’anniveraire… et j’ai craqué pour une des montres de chez TokyoFlash, la JLr7 :

À droite, la montre affiche 10:32À droite, la montre affiche 10:32

Curieux hein ? Il m’a fallu quelques jours pour savoir lire l’heure. Maintenant j’y arrive presque aussi facilement qu’à lire une montre à aiguille (c’est à dire qu’il me faut encore quelques secondes de réflexion). Avec l’habitude, ça devrait aller tout seul.

Ses points forts : l’originalité, le look résolument s-f. Les points faibles : pas de date, et faut appuyer sur le côté pour lire l’heure pendant 5 secondes, la montre restant éteinte le reste du temps1.

Mais je l’adore ! :)


Une dédicace

Peut-être certain d’entre vous connaissent ce livre qui est pratiquement considéré comme un classique, et indubitablement un chef d’oeuvre de la science-fiction contemporaine :

Les Milliards de Tapis de Cheveux, de l’allemand Andreas Eschbach. Merveille du space-opéra, renouvelant le genre avec brio et le hissant au moins à la hauteur (selon moi) du cycle d’Hypérion de Dan Simmons.

Vous savez ce que j’aime à Aix ? C’est une librairie super-chouette, la Librairie de Provence2. Elle possède un rayon très coquet en S-F et un libraire à la fois passionné, ouvert et super-sympa. Et ce monsieur a réussi la gageure de faire des séances de dédicaces avec des auteurs en vogue. J’ai donc par exemple pu découvrir et me faire dédicacer très sympathiquement les deux premiers tomes du cycle de Mallorne par son auteur, Jérôme Camus.

Ben hier, deux auteurs et non des moindres étaient invités; Jean-Marc Ligny (promis, Jean-Marc, je vais te lire un jour) et… Andreas Eschbach selbst. Et j’étais assis entre eux deux à la terrasse. Miam miam !

Et donc, je suis reparti avec ceci :

Sympa, non ?

Bon, monsieur Eschbach n’était pas très causant (mais j’aimerais parler allemand aussi bien qu’il parle français), et étant maladivement timide moi-même, j’ai eu un peu de mal à converser.

Cela dit, j’ai quand même réussi à lui poser quelques questions, apprenant ainsi qu’il avait détésté l’adaptation télé de son roman Jesus Video. J’ai failli mettre de l’huile sur le feu en disant avant cela que j’avais aimé.

Et puis là où j’ai eue une bouffée d’orgueil, c’est que je suis arrivé là comme un chien dans un jeu de quilles, coupant Ligny sur sa lancée, et me donnant l’impression que je venais juste pour la dédicace. Ce sentiment m’a fui un peu plus tard lorsque j’ai réussi à discuter un peu avec tous le monde (dont Ligny qui est super-sympa).

Et ma petite bouffée de bonheur tout rose est venue au moment de partir, lorsque Jean-Marc Ligny, désignant ma copie des Tapis de Cheveux, m’a demandé si je l’avais déjà lu ou si je venais de l’acheter. Je lui ai répondu que je l’avais lu au moins 4 ou 5 fois et que je le relirais encore avec autant de plaisir.

Du coin de l’oeil j’ai vu monsieur Eschbach ouvrir grand les yeux et me faire un beau sourire.

Alors Danke noch, Herr Eschbach !

Tiens, pour finir, j’ai cru comprendre que si M et Mme Eschbach parlaient si bien le français… c’est parce qu’ils habitaient depuis peu d’années dans la région3 ;)

Allez, j’arrête de me la pêter, et je vous dis à bientôt !


  1. Sauf si on active une option qui fait qu’elle s’allume toute seule tous les quarts d’heure entre 18h et minuit… ce que je n’ai pas fait vu qu’elle dort dans la même chambre que nous :)

  2. Notasse de ton futur toi ; la Librairie de Provence a fermé ses portes, victime parmi d’autres de la jolie politique contre-culturelle de la poissonnière de la mairie…

  3. Encore le futur-toi. Non, ils résident en Bretagne.

Dans les épisodes précédents… Noot se (re)muscle… Norman in 3D !
Dernières entrées Cher Olivier, on se connait si bien… Hebdo-Cubes Hebdo-Cubes Les Archives reprennent du service ! Hebdo-Cubes Writever — Mars 2021 Une petite madeleine : le Starbird Hebdo-Cubes Hebdo-Cubes Hebdo-Cubes À la recherche de l’homme de Rapa Iti Hebdo-Cubes Les aventures incroyables d’un tweet ordinaire Writever — Février 2021 Hebdo-Cubes Writever — Janvier 2021 Hebdo-Cubes Un état des lieux de mon silence Hebdo-Cubes Hebdo-Cubes Writever — Janvier 2021 Hebdo-Cubes Voyage en Alchimérie Hebdo-Cubes Hebdo-Cubes Voyage en Alchimérie Voyage en Alchimérie Alchimérie Hebdo-Cubes Hebdo-Cubes C’est l’histoire d’un ordinateur belge…