|||

Intestin, moite intestin, cette digestion entre nous

_Dans le sein opulent d’un cargo spatial ondoyant J’errais, solitaire, en quête des lieux d’aisance Car, privé de toute aide je reniflais moralement Et mon intestin, traître ! semblait en déliquescence

L’appel désespéré de mon ami colon Me déchirait l’oreille avec l’assiduité D’un rat hydrocéphale posé sur un poupon Ou d’un expert-comptable punissant un bébé.

Et si jamais, Ô mon Intestin maître de ma destinée Je ne parvenais à évacuer toute cette viscosité S’en suivrait une explosion viscérale, humide, sale, suintante, malodorante et verdâtre

J’aimerai pourtant que tu puisse comprendre Viscères adorées, qu’en me faisant trop attendre Tu vas, imbécile, nous tuer tous les quatre_


Nota bene : Le poème original en Vogon du Sud fait un peu plus de 276 pages. Néanmoins comme le texte source utilise une variété de figures de styles absolument intraduisible (sans parler du vocabulaire de physiologie organique propre aux Vogons), nous avons choisi de le réduire à son essence poétique. Cependant, comme en témoigne la ligne onzième, le Vogon parfois s’éternise sur des descriptions difficilement résumable. Il est également indéniable que la traduction a fortement et malheureusement réduit la dangerosité du poème.

Écrit le 18/09/09 - publié dans le Codex Poeticus d’octobre 2010

Dans les épisodes précédents… Y’a quelqu’un ? I am a FlasDev!
Dernières entrées L’axiome de la visibilité absolue J’ai cassé mon vélo Le séjour en Grèce 2022 — la totale Des insultes classes J’ai refait du vélo ! L’histoire triste d’un bête clavier Ελλάδα 2022 — Jour 14 Ελλάδα 2022 — Jour 13 Ελλάδα 2022 — Jour 12 Ελλάδα 2022 — Jour 11 Ελλάδα 2022 — Jour 10 Ελλάδα 2022 — Jour 9 Ελλάδα 2022 — Jour 8 Interlude Ελλάδα 2022 — Jour 7 Ελλάδα 2022 — Jour 6 Ελλάδα 2022 — Jour 5 Ελλάδα 2022 — Jour 4 Ελλάδα 2022 — Jour 3 Ελλάδα 2022 — Deuxième Jour Ελλάδα 2022 — Premier(s) jour(s) Ελλάδα 2022 — Le Départ Les preparatifs se preparent. Un test d’écriture depuis la tablette Un peu de vocabulaire ? Ce jeu qui me ramène chez moi… Quelques nouvelles en passant… À moi l’Oscar ! Du recul sur une superproduction Lettre ouverte à la régie de bus d’Aix-en-Provence En passant…