|||

Des yeux tout neufs

Ca faisait plus de cinq ans que je n’étais pas allé consulter un ophtalmo(logistique). Comme je ne subissais pas de migraine ophtalmique, j’ai pas cherché à m’embarrasser d’un rendez-vous qu’on doit prendre deux générations avant la sienne.

Par acquis de sanité personnelle, j’ai quand même fini par en prendre un. J’ai eu de la chance, il ne m’a fallu attendre que trois mois. Et changer de docteur parce que l’autre était souffrant (paf, deux semaines de plus). Et patienter à cause du retard des consultations (paf, on n’est pas à une heure près, hein ?)

Et tout ça pour m’entendre dire que finalement ma vue n’a pas bougé d’un cil, et cerise sur la pupille, je n’ai pas de glaucome. Bon, je suis quand même content. 50€ pour la révision des 1000 bornes, ça fait un peu mal mais ça passe. J’aurai peut-être dû me tromper sur deux ou trois lettres, histoire de pas être venu pour rien.

Bref, comme mes lunettes précédentes étaient en bout de course… …non, attendez, je reprend. Ceux qui me connaissent savent que j’ai cette tête là :

Et pourtant, ces petites nunettes rondes ne sont pas les dernières que j’ai acheté. Les plus récentes sont plus larges, rectangulaires, à monture métallique rouge Ferrari et terriblement lourdes. Tellement lourdes qu’elles m’écorchaient le nez là où les petits repose-nez touchent le nez. La répétition du mot nez est voulu. Poil au nez.

Donc, j’ai fini par remettre les puces, histoire de me soulager la voûte nasale (ça évite la répétition du mot nez. Zut, raté). Et je ne les ai plus quittées. Je m’y suis fait. Mais bon, elles étaient déjà sévèrement entamées; verre écaillé, repose-oreilles cassés en plusieurs endroits, repose-nez cradingues, métal piqué, vis tournant dans le vide, colonies de bactéries proches de l’indépendance sociale, etc…

Donc, je suis allé voir le petit opticien juste à côté de chez Afflelou, la grande surface du chic lunettier où personne ne vous dit bonjour quand vous entrez. J’ai été chez un monsieur très gentil, sympa tout plein et plutôt bourré d’humour qui m’a vendu des lunettes en fil de titane à mémoire de forme (elles se tordent dans tous les sens mais ne se déforment pas), légères comme un pet de mouche et discrètes comme pareil. Un vrai rêve, presque aussi léger que des lentilles de contact.

Je dégoise, je dégoise, et vous n’en pouvez plus de voir à quoi ça ressemble, hein ? Et ben vous verrez pas. Elles sont si légères que je les ai perdues en sortant de la douche.

Bon, d’accord. Voilà à quoi ça ressemble maintenant :

Alors ? Qu’en disez-vous ?

Dans les épisodes précédents… Mon premier courrier de ministre Wall-E inspire les critiques
Dernières entrées L’éclat de Coquille — Mai, tome 1 Writever 2024 — Avril L’éclat de Coquille — Avril, tome 2 L’éclat de Coquille — Avril, tome 1 Writever 2024 — Mars Le bulletin de la Coquille — Mars Constat d’abandon Writever 2024 — Février Writever 2024 — Janvier Un dernier billet avant la fin du monde Un état du temps qui passe… Les Chants de Sennaar Le point écriture de la rentrée Jordan Mechner, Replay Le petit voyage en Crète — Les T-shirts Le petit voyage en Crète — Chapitre Final Le petit voyage en Crète — Chapitre 10 Le petit voyage en Crète — Chapitre 9 Le petit voyage en Crète — Chapitre 8 Le petit voyage en Crète — Chapitre 7 Le petit voyage en Crète — Chapitre 6 Le petit voyage en Crète — Chapitre 5 Le petit voyage en Crète — Chapitre 4 Le petit voyage en Crète — Chapitre 3 Le petit voyage en Crète — Chapitre 2 Le petit voyage en Crète — Chapitre 1 Saviez-vous qu’un chat a cosigné des recherches scientifiques ? Je n’ai plus la patience… Trois tiers de critiques Dans le périscope de juin 98 % (le court-métrage)