|||

Hésitations

– Alors, fais-je d’un air presque décidé. Es-tu prêt ?

Mon ordinateur, d’un air indéchiffrable, me regarde en silence.

Je lui retourne le même.

– Tu ne me réponds pas, vil pote. Ce n’est pas très poli.

Mon ordinateur est portable. La politesse n’est pas dans son ADN. Mais peu importe, je me passerai de son avis, même si je ne peux pas faire l’économie de son aide.

Car il faut que nous bloguions.

Alors, j’écris.


Car –une fois tous les 20 ans n’est pas coutume– j’ai radicalement changé de système de blogguigne. Je connaissais le système depuis un moment, le sieur @poirpom y était déjà passé depuis un moment, et @Dimitri m’en avait du coup fait la pub, mais je n’avais pas encore décidé de franchir le pas.

C’est la rencontre en chair, os, bières et poils de barbes du toujours fringuant Poirpom qui m’a décidé à saute le pas.

Ce blog, désormais, tourne avec Blot.im. Le moteur le plus simple et pourtant le plus malin du monde.

J’aime qu’il soit simple, car je suis fatigué de la lourdeur des CMS1 actuels, enflés, boursouflés d’â cotés et de codes au point d’être indigeste et obèse. Blot est ce qu’on appelle un moteur de pages statiques ; pas de bases de données, peu de scripts, que de la page à l’ancienne élevée au grain, ma bonne dame !

J’aime son côté malin, car toute sa philosophie repose sur un principe primordial ; que le système informatique derrière se fasse le plus possible oublier de l’utilisateur. Ça se traduit par une simplicité enfantine :

  1. On écrit son article dans un quelconque traitement de texte (du simple .txt rédigé dans un notepad au .docx pondu dans un office)
  2. On dépose ledit fichier document dans un répertoire Dropbox (ou Github)
  3. C’est publié.

Et… c’est… tout !

Ajoutez à cela que le système privilégie la rédaction en Markdown2, que tout a été pensé pour se faire oublier, et vous obtenez un outil quasiment parfait. Pour moi.


Outre Blot.im, l’ami @Poirpom m’a fait découvrir un autre outil merveilleux. Dans la même veine que Blot ou Writemonkey 3, l’incroyable et incontournable Notion est en train de devenir un de mes outils en ligne préférés.

Il s’agit d’une sorte de couteau suisse de la prise de note. Telle une créature réussie du docteur Frankenstein, cette plateforme (accessible sur tout appareil muni d’un navigateur ou via des applis sur nos terminaux nomades) réunit en une seule interface tout un tas d’outils extrêmement malins ; note, listes, à faire, kanban, signets, etc.

En plus d’être une boite à outils quasiment complète, elle possède également deux aspects qui la rendent vraiment puissante ; la possibilité de collaborer à plusieurs sur certains éléments, et le fait qu’on puisse y intégrer des bases de données, et faire réagir des entrées en conséquence.

Quand le numérique prend ce genre de directions, j’arrive presque à retrouver confiance dans l’humanité numérique…


C’était mon premier article de blog depuis des années, et par la même occasion, le premier sur cette nouvelle plateforme.

Espérons que ce sera aussi le premier d’une longue série.


  1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_de_gestion_de_contenu

  2. https://fr.wikipedia.org/wiki/Markdown

  3. … ou encore IA Writer, d’après Poirpom, mais je ne peux pas y adhérer à 100%, n’étant pas utilisateur de joujoux pommiers

Dans les épisodes précédents… Course Poursuite De l’archéologie numérique
Dernières entrées 20 ans de Marmite & Micro-ondes Hebdo-Cubes Writever — Avril 2021 Hebdo-Cubes Hebdo-Cubes Jordan of Persia Cher Olivier, on se connait si bien… Hebdo-Cubes Hebdo-Cubes Les Archives reprennent du service ! Hebdo-Cubes Writever — Mars 2021 Une petite madeleine : le Starbird Hebdo-Cubes Hebdo-Cubes Hebdo-Cubes À la recherche de l’homme de Rapa Iti Hebdo-Cubes Les aventures incroyables d’un tweet ordinaire Writever — Février 2021 Hebdo-Cubes Writever — Janvier 2021 Hebdo-Cubes Un état des lieux de mon silence Hebdo-Cubes Hebdo-Cubes Writever — Janvier 2021 Hebdo-Cubes Voyage en Alchimérie Hebdo-Cubes Hebdo-Cubes